Retour

Oscar de Vallée
Les Manieurs d'argent
Usuriers et agioteurs

Référence : 978-2-84967-130-6
Disponible : non
Statut : A paraître
-5%
30.53 €
29.00 €
De la République romaine au second Empire, Oscar de Vallée décrit l'immixtion des agioteurs et financiers dans la vie sociale et politique, insistant en particulier sur le premier grand scandale financier, celui de Law. À une époque où la financiarisation a pris une dimension mondiale, où les Bourses, les actionnaires  et "traders" contrôlent largement la vie économique, le livre d'Oscar de la Vallée prend une résonance actuelle saisissante.
Homme de grande culture qui cite Juvénal, Montaigne, D'Aguesseau, Voltaire, Vauvenargues et Proudhon, le point de vue de l'auteur n'est pas celui d'un économiste mais celui d'un philosophe.
On ajoute Des Biens de fortune de La Bruyère, auquel il fait fréquemment allusion et auquel il emprunte le titre de son livre.

Texte établi par Jean Pierre Jackson
Un livre de 209 pages au format 15 cm x 21 cm.
Tirage limité.
Attention ! Cette édition n'est pas un fac-simile (plus ou moins médiocre) d'éditions anciennes.
Le texte a été entièrement ressaisi et annoté, l'orthographe et la ponctuation ont été modernisées.


« L’agiotage était une puissance d’autant plus redoutable qu’elle était illégitime et inavouée. On m’avait même dit qu’ayant habilement confondu ses intérêts avec ceux du crédit public, elle le suivait pas à pas, entrait avec lui dans les plus hautes préoccupations de l’État et dominait de beaucoup les magistrats et la loi.»
« Les sociétés périssent plus vite par le goût effréné des richesses que par l’insoumission et par les révoltes. J’ai voulu dire que l’homme asservi à cette passion et aux vices qu’elle impose, était préparé à tous les genres de servitude. »
« L’or a tout remplacé puisqu’il tient lieu de la probité, que l’on se moque de l’indigence, et que les gens enrichis jouissent de leur fortune malgré les lois et la colère des dieux. »
« La politique tolère, mais ne favorise pas les fortunes suspectes, obtenues sans travail, dans les entreprises publiques, au préjudice de l’État. »  
« Si notre état social et politique repousse beaucoup des analogies que, par violence et par passion, on veut trouver entre lui et l’Empire romain, il est désormais certain que nous cédons sans mesure au goût effréné des richesses trop aisément acquises, et que cette maladie appelle au plus vite le médecin. »
« Ce qui contribue peut-être le plus à maintenir les abus d’une époque et à en perpétuer les vices, c’est l’intention de ceux qui les attaquent ; ils mettent à le faire une passion qui ne semble pas et qui n’est pas toujours pure. Ce n’est pas le bien qu’ils désirent, mais le changement ; et dans les coups qu’ils portent, il y en a d’injustes qui diminuent la force des autres. »   Oscar de Vallée.

Retour

RECHERCHER

D’holbach système | Parerga Schopenhauer | Palante Chroniques Onfray | Jean Meslier Dommanget mémoire | Stanley Weinbaum Odyssée | Sylvain Maréchal Jackson