Retour

ANDREW MANGO
Mustafa Kemal Atatürk
Le fondateur de la Turquie moderne

Référence : EB20131011
Disponible : oui
-5%
51.58 €
49.00 €
Votre choix : 

Andrew Mango est turc, né à Istanbul en 1926. Cinq ans lui furent nécessaires pour écrire cette biographie de Kemal Atatürk devenue une référence, après toute une vie de recherches utilisant de nombreuses sources turques inédites et une documentation colossale. Cela lui permet de faire pénétrer le lecteur dans le labyrinthe du pouvoir de l’Empire ottoman et de la République turque, et de dresser un passionnant portrait, complexe, nuancé et exhaustif du fondateur de la Turquie moderne : « Le message d’Atatürk, c’est que l’Est et l’Ouest peuvent se rencontrer sur le terrain des valeurs séculières universelles et du respect mutuel, que le nationalisme est compatible avec la paix, que la raison humaine est le seul guide de la vie humaine. C’est un message optimiste, dont la validité sera toujours mise en doute. Mais c’est un idéal qui force le respect. Atatürk fut un dirigeant compétent, un politicien habile, un homme d’Etat au suprême réalisme. Mais par dessus tout, il fut un homme des Lumières. Et les Lumières ne furent pas accomplies par des saints. »

Fondateur et premier président de la République turque, Mustafa Kemal Atatürk a été l’un des premiers chefs d’État à comprendre la nécessaire laïcisation des pays à population musulmane majoritaire, et indiscutablement l’un des hommes politiques les plus importants du XXe siècle, les problèmes qu’il affronta étant récurrents et aujourd’hui d’une actualité brûlante. Pour ce faire, il imposa un régime de type présidentiel et sut, mêlant à une inlassable pédagogie une autorité sans faille, acquérir l’adhésion de la population, consciente des progrès qu’accomplissait avec lui la Turquie.

Mort trop tôt, il n’a pu mener à terme toutes les réformes projetées. Certains leaders du monde musulman, et sans doute pas assez, se sont par la suite inspirés de son exemple, montrant par là qu’il avait été un précurseur. Pour les Turcs, il reste Atatürk, le Père de la Turquie nouvelle. Son œuvre est exemplaire : abolition du califat, séparation de la religion et de l’État, suppression des tribunaux religieux et des écoles religieuses (1924), abolition de la polygamie, suppression des ordres religieux et interdiction du port du fez (août-novembre 1925), adoption de nouveaux codes civil, criminel et commercial établis d’après les codes suisse, italien et allemand (janvier-février 1925), obligation du mariage civil (septembre 1925), adoption des caractères latins à la place des caractères arabes (novembre 1928), droit de vote des femmes (dès 1934 !), développement exceptionnel des écoles laïques, des universités, et des voies de communication, les voies ferrées surtout, nationalisées et multipliées, permettant de meilleurs contacts avec les provinces les plus éloignées, distribution de terres aux paysans, création d’une banque agricole favorisant la modernisation des campagnes, politique étrangère résolument pacifiste visant à établir de bons rapports avec tous ses voisins et avec les grandes puissances.

Atatürk est mort le 10 novembre 1938, pleuré par tout un peuple auquel il avait consacré sa vie, qu’il avait libéré de nombreuses servitudes et qu’il avait, au delà de son existence, préparé au monde de demain.

« L’histoire de la Turquie est plus que jamais devenue inséparable de celle de l’Occident et de l’Europe. Et les efforts d’Atatürk ne sont pas restés sans résultats. L’amitié qui existe depuis des siècles entre nos pays est l’un des éléments fondamentaux de ce développement. »

Général De Gaulle

 

Traduction de Nicole Taïb


Retour

RECHERCHER

D’holbach système | Parerga Schopenhauer | Palante Chroniques Onfray | Jean Meslier Dommanget mémoire | Stanley Weinbaum Odyssée | Sylvain Maréchal Jackson